Cameroun : l’exploitation du gisement de calcaire de Mintom pourrait réduire de près de 50% le prix du ciment

 

Joseph Victor Hell est formel. S’exprimant devant le patronat camerounais le 1er juin 2016 à Douala, le directeur de l’Institut de recherches géologiques et minières (IRGM) a indiqué que l’exploitation du gisement de calcaire de Mintom, localité située dans la région du Sud-Cameroun, provoquerait une baisse de l’ordre d’environ 50% sur le prix du sac de ciment produit localement. Aussi, a-t-il invité les opérateurs économiques à investir dans ce projet, qui a la particularité de pouvoir infléchir la courbe des prix sur le marché camerounais du ciment.

 

En effet, les prix du ciment au Cameroun sont curieusement restés alignés à ceux d’il y a 5 ans (4800 FCfa le sac de 50 Kg), malgré une concurrence de plus en plus rude du fait de la multiplication des cimenteries dans le pays. Par exemple, début 2015, le groupe marocain Cimaf est venu mettre un terme à 48 ans de monopole de Lafarge, groupe français qui contrôle le capital des Cimenteries du Cameroun (Cimencam).

 

Après Cimaf, le Nigérian Dangote Group et le Turc Eren Holding se sont invités sur le marché camerounais du ciment, en offrant au pays sa 3ème et sa 4ème cimenterie. Aussi, les capacités de production cumulées dépassent-elles désormais les 4 millions de tonnes, pour une demande locale qui culmine à 3 millions de tonnes. Mais les prix, eux, sont restés inchangés. Contrairement à la loi de l’offre et de la demande.

 

En octobre 2015, lors d’une rencontre avec les opérateurs de la filière des matériaux de construction, le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana, avait ouvertement soupçonné les producteurs de ciment en activité au Cameroun d’entente illicite sur les prix. «Il y a un jeu autour du prix du ciment que le gouvernement ne peut plus cautionner. Visiblement, vous vous êtes entendus pour nous imposer le prix homologué. On va donc revoir tout cela», avait-il déclaré.

 

Malheureusement, huit mois après cette dénonciation et la promesse de remettre les pendules à l’heure, les prix du ciment sur le marché camerounais oscillent toujours entre 4700 et 5000 francs Cfa, respectivement pour le produit local et importé ; comme ce fut déjà le cas il y a plus de 5 ans, du temps du monopole de Cimencam.

 

A l’origine de cette cherté du ciment, les producteurs locaux ont toujours mis à l’index les prix du clinker, matière première importée qui est produite à base du calcaire, minerai dont un gisement estimé à 540 millions de m3 est enfoui dans le sous-sol de la localité de Mintom. Au début des années 2010, le gouvernement camerounais et la société chinoise CATIR avaient signé un accord visant à implanter une unité d’extraction et de transformation du calcaire pour produire du clinker dans cette localité. Le projet n’a pas décollé jusqu’ici.

 

Brice R. Mbodiam pour Investir au Cameroun





Source d'information



Inscrivez-vous à la newsletter

 
 
 
Jacques Kamenga : « Je peux vous annoncer que Gécamines a bien soumis une offre de rachat de TFM à TF Holdings » (Entretien)
La Société financière Internationale injecte 200 millions $ dans la Compagnie des Bauxites de Guinée
Mali : Robex Resources récupère le permis d’exploration Kamasso
Afrique du Sud : mise en service de la première usine de traitement de charbon à la mine New Clydesdale
Botswana : échec de la transaction entre Firestone Diamonds et Tango Mining sur la mine BK11
Ghana : Sikasante Mining trouve un partenaire pour développer le prospect aurifère Keyhole
RD Congo : l’étude de la viabilité d’une production de cobalt à Kipoi donne des résultats positifs
Namibie : Le projet d’uranium Tumas utilisera la technologie U-pgrade de Marenica Energy
Tanzanie : Walkabout prévoit un faible taux de production à Lindi
Premiers détails sur la découverte d’une nouvelle variété de nickel rare au Nigéria
Afrique du Sud : Démarrage de la production de charbon à New Clydesdale
Botswana : Un programme d’exploration débutera à Orapa et Gope, fin septembre
Le Botswana obtient un prêt de 125 millions $ pour renforcer les industries de diamants
Mozambique : premières récupérations de rubis à Montepuez
Algérie : Le groupe indonésien Indorama investira 4,5 milliards $ dans le secteur du phosphate
Lire les archives